L’infogérance en 2020 pour les entreprises

François CAVÉ – 15/07/2020

À la croisée des chemins entre une évolution des usages pouvant être qualifiée d’« attendue » – avec les concepts de SAAS ou encore d’applications métiers – et dans le même temps la difficulté à recruter des informaticiens entrainant une désertion des services IT dans les entreprises. Selon l’étude Gartner Talent Management for Tech CEOs Survey, publiée en décembre 2019  « la pénurie d’experts constituera un obstacle majeur à la réussite des entreprises au cours des trois à cinq prochaines années ». 

Les prestataires de services de gestion des applications (ASM) peuvent donc tirer leur épingle du jeu dans cette situation. Cela dit, que devient réellement l’infogérance là-dedans ? Et pourquoi voit on apparaitre la notion de services managés ? 

SERVICES MANAGÉS ET INFOGÉRANCE

Tout d’abord, retour sur les concepts de base avec les différents types d’infogérance : 

  • L’infogérance partielle, appelée également « externalisation des tâches » consiste à confier l’exécution d’une partie des tâches et des services spécifiques à un prestataire. Ce dernier se chargera uniquement de la réalisation des tâches spécifiques. 

De ce fait, cette externalisation entraîne une augmentation significative de la productivité, ainsi que la possibilité de pouvoir changer rapidement de partenaire d’externalisation en cas de problèmes de service. 

 

  • L’infogérance totale : celle-ci est également connue sous l’appellation ‘externalisation complète’. La signification de l’externalisation totale réside dans le fait qu’une grande partie de l’activité d’une entreprise, par exemple la logistique, est transférée à une autre entreprise ou à un autre prestataire de service. 

L’idée dans laquelle le prestataire se charge de la réalisation de chaque est bénéfique dans le sens où l’entreprise n’aura à se soucier de rien. Cependant, elle peut être source d’inquiétude pour certaines entreprises. En effet, elles redoutent que cette externalisation puisse entraîner une perte de contrôle  

Mais dans les faits : le prestataire prend le rôle d’un partenaire pour mettre en œuvre, recommander et s’assurer des meilleures pratiques, tout en permettant à l’entreprise de garder le contrôle. 

De leur côté, les SM (ou MSP) rentrent eux dans les contrats d’infogérance (une partie des contrats) avec une connotation liée à l’usage (cloud) comparée à l’infogérance, qui est connotée « services de proximité ». Surtout nous chez A2COM avons défini des services managés correspondant aux besoins de nos clients. Ils se développent plus comparé à l’infogérance car le cloud a apporté des solutions (IAS, PAAS) et une souplesse à la fois au niveau de l’engagement mais aussi de l’utilisation de ces services ! On retrouve notamment une gestion des paramètres technico-financiers plus fine avec : 

 Le délai de réactivité 

– La puissance de calcul 

– La facturation basée sur l’usage 

Mais cela ne comprend pas forcément le maintien en condition opérationnelle et la disponibilité / sécurité des services hébergés. Ne répondant alors pas au besoin de base : l’administration du service choisi. Il faudra dans ce cas faire appel à une société Services de management intégrant : 

L’administration Systèmes et réseaux 

La gestion de la sécurité (sauvegarde, antivirus, firewall) 

Un processus qualitatif d’amélioration continue 

Et surtout la comitologie, représentant l’ensemble des réunions qui participent à la relation entre équipe et service. Avec par exemple un rdv annuel dédié aux innovations technologiques ou des comités de pilotage COPIL (échanges, discussions, décisions) et des CODIR (prendre des décisions pour les évolutions de la plateforme/problèmes/solutions/etc…). Cette notion devient d’ailleurs de plus en plus importante du fait de l’uniformisation de la qualité de service (chez nous ISO 27001 pour l’hébergement HDS).

daria-shevtsova-k_RYBedEvDw-unsplash

UN VECTEUR FORT D’ADAPTABILITÉ

L’évènement majeur de la crise sanitaire a pu révéler les insuffisances – notamment technologiques – des entreprises. Face au manque d’équipement et à la préparation nécessaire pour garantir la continuité de l’activité en télétravail. Celles ayant déjà externalisé leur système d’information ont pu rapidement demander à leurs prestataires d’adapter les services et les performances en conséquence et lancer ensuite les discussions afin de dimensionner leurs ressources et leurs infrastructures pour « anticiper au mieux » l’imprévisible. 

L’avenir pour les prestataires infogéreurs comme A2COM, sera donc d’assurer le management des services hébergés. Peu importe dans quel cloud. Et d’administrer au mieux pour que le client obtienne la meilleure qualité de service ! 

On se dirige donc à l’avenir vers de grandes usines proposant de la puissance de calcul, de la mémoire, de la sauvegarde… Et un infogéreur qui aidera à assembler les briques entre elles pour répondre au besoin du client / des entreprises. Les services managés jouant ici le rôle de la glue entre l’utilisateur et ses besoins (usages informatiques donc) et les providers qui proposent du cloud. Liant d’un côté l’humain (l’acheteur) et de l’autre l’informatique. 

réseau social entreprise teams slack

LES FINOPS : LA PROCHAINE ÉTAPE ?

Lorsque la gestion du réseau est confiée à un l’infogéreurdes renseignements sensibles de votre organisation sont déportés vers celui-ci. Il faut donc qu’il puisse assurer un suivi des évolutions technologiques et vous accompagner dans le développement de votre entreprise et de votre système d’information. Compétence et flexibilité sont alors indispensables dans l’implantation de nouvelles technologies absentes d’un parc informatique et la garantie de pérennité des options mises à disposition. 

On se dirige donc vers la recherche d’actions ayant pour but d’obtenir une utilisation du cloud au meilleur prix et – surtout – avec la meilleure démarche qualité/prix ! C’est le rôle des FinOps. Concrètement, le FinOps valorise commercialement le Cloud en fluidifiant les relations entre Financiers et professionnels des technologies. Il apporte une réelle optimisation des coûts liés au Cloud grâce à un fonctionnement de base simple : étudier l’usage, l’utilisation et la consommation pour baisser le coût et optimiser. Cependant, il faudra rentrer dans les considérations métiers, contractuelles, légales ou encore règlementaires afin de pouvoir proposer meilleur service possible pour le moins cher possible. 

Cette notion de FinOps est de plus en plus importante dans les cahiers des charges en 2020 (sous forme de revue de la facturation du contrat, de propositions à faire tous les ans) afin d’apporter des innovations et des idées nouvelles en continu. 

 Le système d’information étant un point névralgique de votre entreprise, il doit donc rester opérationnel pour ne pas impacter votre activité et pensé en amont pour bien préparer votre futur technologique et financier. En ce sens, notre offre d’infogérance assure une haute disponibilité de votre informatique et s’appuie sur des services managés packagés de façon évolutive en fonction du périmètre que vous souhaitez infogérer.