Image

SD-WAN : Revisiter l’entreprise connectée

François GILBERT - 12/02/2020

Si votre entreprise ne connaît pas le SD-WAN, utilise encore des liaisons MPLS, ou si vous n’avez pas fait le point sur vos connections WAN depuis 5 ans, alors vous êtes dans la situation où un bilan de connectivité pourrait être un facteur de performance supplémentaire. Technologie réseau oblige, les choses ont changé avec le SD-WAN. Pas seulement le réseau lui-même, mais également les offres de services intégrés (ou non), vous laissant davantage de choix vis à vis des opérateurs telecom. Un dossier complexe pour l’entreprise ? Simplifions le.

La voix et les données

La connectivité de l’entreprise est vitale, à la fois pour fonctionner de l’intérieur et pour communiquer avec son écosystème extérieur. Le sujet est donc dans le top des enjeux, même si on peut l’oublier au quotidien (quand tout marche bien). En terme de liaison on pense “performance” de la bande passante, qui est un facteur évoluant rapidement. Mais c’est à relativiser : toutes les offres n’évoluent pas au même rapport de coût/bande passante. C’est un indicateur simple à construire mais très imparfait : désormais les liaisons s’appréhendent avec les services associés et surtout “dissociables”. Le MPLS (Multi Protocol Label Switching) est historiquement “la” liaison qui permet de combiner les divers trafics réseau (voix, données) dans un seul lien, elle fixe le standard désormais acquis de la convergence. Inconvénient du MPLS, son “tout intégré” : sa dépendance à l’opérateur qui fournit le lien. Vous ne pouvez pas bénéficier des évolutions de bande passante ou de service sans passer par l’opérateur télécom et ses tarifs. D’ailleurs, le lien est mono-opérateur. Il existe aujourd’hui d’autres solutions pour rompre cette dépendance.

L’entrée en jeu du SD-WAN

Tout lien s’accompagne d’un suivi pointu de son fonctionnement, de la redondance, et surtout du firewall (pare-feu) qui protège l’entreprise des menaces extérieures. Alternative au MPLS, l’interconnexion VPN optimise la bande passante WAN en regroupant plusieurs liens qui seront également le “secours” l’un de l’autre. Les liens VPN apportent plus de simplicité, ils sont sécurisés par nature. Le petit dernier dans la panoplie des offres de liens est le SD-WAN, le “réseau étendu à définition logicielle”. Plutôt récent, il mérite un coup d’oeil détaillé.

sdwan-entreprise-connectée-photo1.jpg

Le SD-WAN revisite la convergence IP

Tout d’abord, il apporte le meilleur entre les offres de liens banalisés IP (le WAN des opérateurs télécom) et le service des réseaux convergés sécurisés. Et justement, s’il y a une marge de progrès dans la connectivité d’entreprise, c’est du côté des liaisons WAN IP que l’on peut faire évoluer en optant pour une solution fondamentalement logicielle. (La majorité des solutions de connexion WAN sont matérielles). Les interconnexions VPN sont basées sur le logiciel mais le SD-WAN apporte encore du mieux-disant en terme de service. Sa nature “tout logiciel” lui apporte la pleine flexibilité pour gérer soi-même (ou faire gérer) son paramétrage, son fonctionnement. Il est très simple à faire évoluer dans le cas où des liens doivent changer. Si l’entreprise a besoin de faire évoluer les services associés (mettons, la visio-conférence à qualité garantie) le SD-WAN est la solution qui apportera le moins de difficulté et de coût supplémentaire. Ce qui peut coûter cher avec les liens mono-opérateur, ce sont les garanties de services (GTR ou Garantie de Temps de Rétablissement). C’est moins le cas si vous choisissez des liens multi-opérateurs, car les coupures éventuelles ont bien moins de chance de se produire simultanément chez des opérateurs différents. C’est une caractéristique du SD-WAN

Stratégique ou tactique ?

L’évaluation des compétences nécessaires à un changement d’équipement fait partie de la réflexion. Faut-il capitaliser sur les compétences internes ? Quels sont les facteurs de choix pour bifurquer vers une gestion externe ? On retrouve ici le choix stratégique de l’infogérance. Un choix qui peut aussi s’avérer tactique, plus simple et basé sur des considérations classiques bénéfices/coûts. En effet, alors que ce choix n’existe pas vraiment pour le MPLS ou le VPN (c’est l’opérateur télécom qui a la main), ce n’est pas le cas pour le SD-WAN. Il s’administre simplement avec une console à distance : l’administration totalement distante des liaisons SD-WAN rend le retour sur investissement plus intéressant que pour les autres liaisons. Cette administration, vous pouvez la prendre en main ou la déléguer : le périmètre de service des liens WAN est fixe et rend efficace la délégation, qui n’embarque pas de contraintes applicatives internes pour sa gestion. Avoir une expertise garantie par un fournisseur sur un service réseau essentiel est en fait… stratégique. A vous de voir, car cette fois-ci vous avez le choix !

sdwan-entreprise-connectée-photo2.jpg

Le SD-WAN, c’est ZTD

Pour une conclusion provisoire sur l’idée d’un nouveau lien WAN pour l’entreprise, le SD-WAN prend l’avantage sur les autres solutions, sans que ce soit usurpé. Gartner ne s’y est pas trompé : l’institut pense que d’ici 3 ans, 90% du renouvellement des infrastructures WAN de pointe sera basé sur des plateformes SD-WAN. Son avantage est économique sur les liaisons MPLS, et technique sur les liens VPN classiques. C’est le tout logiciel du SD-WAN qui fonde sa performance. D’ailleurs c’est un dernier acronyme qui conclut cet article : le SD-WAN est ZTD ! Zéro Time Deployment : l’entreprise reçoit le boîtier par transporteur, le branche sans intervention du fournisseur… et çà marche. Faire simple et très performant, un nouvel indicateur dans votre grille d’évaluation pour votre futur lien WAN d’entreprise.

Ces articles peuvent également vous intéresser
Recevez toutes nos actus et nos conseils gratuits !

Inscrivez vous à notre newsletter et restés connectés à l'actualité de la formation professionnelle